« Allez-y, je suis toutes ouies », ou l’art d’écouter

novembre 11, 2013

Ecouter, c’est partager

C’est être complètement disponible à  l’autre, lui offrir toute notre attention.

Une écoute de qualité est un véritable don de soi :

-de son temps

-de son énergie, puisque nous acceptons de faire passagèrement abstraction de nos préoccupations pour laisser la place à celles de l’autre.

-de sa compassion. Car pour être digne de la confiance que nous accorde l’émetteur en se livrant  à nous, nous devons faire preuve de neutralité, de bienveillance, voire de tolérance.

Autrement, nous tomberons dans le piège du jugement et de la critique.

Dès cet instant, le charme  sera rompu et la communion brisée.

Les attentes du locuteur

En s’ouvrant à son interlocuteur, le locuteur peut solliciter des formes d’écoute différente.

L’écoute silencieuse

Le locuteur désire seulement être attentivement entendu.

Il souhaite trouver en l’autre un espace où se dire, se mettre en mots, un miroir où se projeter.

La présence  d’un récepteur l’aidera à placer son problème à distance, afin de mieux l’appréhender et par conséquent le résoudre.

Dans ce cas, il recherche un catalyseur dont la qualité d’écoute lui renvoie en écho les lignes de force de sa problématique.

 L’écoute participative

Le destinateur désire que s’installe un partage ou dialogue avec son destinataire.

Le but visé est d’élargir ses perspectives et d’avoir une meilleure compréhension de la situation.

Il désire, à travers cet échange, recevoir un éventail de points de vue et de possibles.

Il est alors dans une démarche d’investigations qui appelle la participation et l’investissement de l’autre. Ce dernier est invité à émettre ses opinions, à faire part de ses expériences en la matière par exemple.

Dans ce cas-ci, le locuteur recherche un complice.

L’écoute directive

Le locuteur éprouve le besoin d’être guidé. Il aura tendance à se diriger vers une personne qui pour lui,  tiendra lieu de référent, quelqu’un « de  bon conseil » avec lequel il établira une relation de maitre à disciple.

Le locuteur est en quête d’un conseiller.

De l’écoute active à l’ écoute créative

Quoiqu’il en soit, ces écoutes ont un point commun : elles sont toutes ACTIVES dans la mesure, évidemment, où l’interlocuteur offre à l’autre la plénitude de sa présence.

Même dans le plus profond silence, il est alors dans une attitude dynamique, puisqu’il mobilise ses sens et son énergie en direction du locuteur.

C’est alors que le miracle se produit. Grâce à cette généreuse disponibilité, à un moment ou à un autre, la lumière surgira, la solution ou l’ajustement nécessaire  apparaîtront  d’eux-mêmes  à l’émetteur.

L’oreille vigilante aura fait naître la réponse chez celui-ci, et aura permis de créer ou d’émettre la réponse ou l’éclaircissement recherchés.

Pour moi, le miracle se situe là : Quand  a lieu cette alchimie des présences, capable de transcender toutes les limites et d’initialiser de nouveaux paradigmes.

De façon plus vaste, cette magie laisse entrevoir des champs d’expériences et de découvertes fascinants, si chacun de nous s’efforce vraiment de devenir un excellent catalyseur, c’est-à-dire de parfaire sa qualité de présence et d’écoute.

Related Posts

1 Comment. Leave new

million hits secret review
2016-03-24 13:07

We so appreciate your site post. You will find dozens of methods we could put it to decent use by means of minimum effort on time and money. Thank you very much with regard to helping make the post answer many questions we have got before now.

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *