A vos manettes !

juin 20, 2015
Infiltrations de la pensée dominante

Nous avons vu dans un article précédent intitulé « Cartographie du cerveau », que le cerveau gauche a subi une dégradation datant de plus de 200.000 ans, et qu’il est actuellement l’hémisphère prépondérant, au détriment du droit.
Ce déséquilibre entraîne une déshumanisation des comportements qui tendent à se mécaniser et s’enfermer dans des stéréotypes.
Spontanéité, innovation, créativité, qualités jugées dangereuses pour ceux qui sont au pouvoir, sont marginalisées, voire ridiculisées.

Télé, pub, jeux vidéo réfléchissent à notre place. Et nous subissons une pression permanente afin d’aligner nos raisonnements et conduites au schéma directeur, insufflé par la poignée de dictateurs qui dirige notre planète.
Les réseaux sociaux sont tous contaminés par la pensée dominante, à travers des slogans, des images subliminales, et un filet d’ondes discordantes polluant notre psychisme.

Dans un monde où toute micro communauté est associée à une secte, nous ne sommes même pas conscients d’être parqués, bétail docile, dans les herbages empoisonnés du gouvernement mondial.

Notre monde serait-il virtuel ?

Dans son livre « Entanglement, Macro éditions, 2011, l’astrophysicien Massimo Teodorani, explique que « le cerveau est un hologramme ne sélectionnant que certaines fréquences parmi l’avalanches d’ondes électromagnétiques qui nous parviennent. Ensuite, il les transforme mathématiquement en perceptions sensorielles. » P.51

Les astronomes et physiciens tels que Martin Rees et Paul Davies, soupçonnent le cosmos d’être un gigantesque simulacre, fruit d’une intelligence géniale. Ils pensent que de multiples univers sont imbriqués les uns dans les autres. Selon eux, « certains hébergeraient des civilisations extrêmement évoluées, au point de créer des formes de conscience artificielle en utilisant le calcul quantique à des niveaux très avancés. Une technologie de ce genre aurait permis de créer des machines capables de produire des mondes virtuels et les créatures qui y vivent. Nous-mêmes, habitants de la terre, pourrions être le résultat d’une simulation créée par des esprits supérieurs…
Dans ce cas, nous vivrions dans une matrice, plutôt que dans un endroit réellement physique. Nous serions les victimes d’une illusion, comme si nous étions les acteurs d’un film qui, à un certain moment, se sont tant identifiées à leur personnage qu’ils finissent par ne faire qu’un avec lui. Que se passerait- il si nous nous apercevions que nous sommes le fruit d’une simulation ? Eteindraient-ils l’écran holographique qui nous représente ou le changeraient-ils pour ne pas être découverts ? » Extrait de « Entanglement », Page 53.

A quand la fin du simulacre ?

Dans notre monde en 3 D, soumis aux contraintes de l’espace-temps, l’éloignement d’avec la Source, entraîne des conséquences politiques, sociales et psychologiques cruciales. Elles apparaissent sous forme de crises économiques et changements climatiques, auxquels s’ajoutent des cataclysmes, puisque notre terre est un grand corps malade, lui aussi.

Nous sommes en pleine mutation, comme si, conscients désormais du caractère virtuel de notre réalité objective, nous étions simultanément en train de la transcender pour transhumer vers des dimensions plus vastes.

Ce grand passage s’accompagne d’états de conscience très inconfortables avec perte de repères personnels et collectifs.
Une fin de règne est souvent chaotique, et les ondes de choc difficiles à amortir, puisque nos fondations sont branlantes.

Choisissons une attitude astucieuse pour transiter avec élégance vers une ère nouvelle pleine de promesses.
Cette quête fera l’objet de l’article suivant.

A suivre…
Dernier module : Changement de ligne du temps

No comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *