Du ring des battles à l’espace scénique

février 23, 2013

Anne Nguyen ou La quête d’une breakeuse

Son cri

Le cri de cette artiste résonne dans tous les cœurs : C’est celui de la liberté.

Le but est de s’affranchir du conditionnement urbain et du contrôle que la société exerce sur l’individu.

C’est ce qu’elle exprime dans son Manuel du guerrier de la ville:

« Les blocs de ciment qui m’entourent voudraient me modeler à leur image.

La foule me submerge pour m’engloutir et me guider le long des rues.

Face à la marée des mouvements linéaires, je prends le contrôle de mon centre de gravité.

Je plonge vers le bitume sous la surface où les autres évoluent.

Je trouve ma liberté dans l’espace réservé aux jambes et aux pieds… » (Extrait de Break)

Ou dans un passage de Ego trip :

« Les objets cherchent à envahir ma vie.Depuis que mon corps s’est arrêté de grandir, on me pousse à continuer ma croissance par l’achat d’extensions : une télé pour mes yeux, une voiture pour mes pieds, un  ordi pour mon cerveau… »

 Son allié, c’est son corps

Pour se soustraire à l’asservissement, Anne Nguyen se réapproprie son corps et l’utilise comme un vecteur qui la conduit vers l’autarcie et l’autosuffisance :

« …Près du bitume, là où je vis, mon corps n’appartient qu’à moi.

…. Au milieu de l’atrophie générale, j’élabore ma propre technologie.

Mon corps est ma matière première que je raffine dans l’industrie de mon cerveau.

Ma croissance est égoiste car elle n’alimente pas l’économie.

Mon pouvoir ne peut pas m’être retiré car je le transporte en moi-même.

Sans les objets, je suis encore quelqu’un. »

 Ses défis

1 Plus l’espace est restreint, plus le corps manifeste puissance et maitrise.

Les contraintes spatiales sont utilisées pour faire voler en éclats celles du corps, en l’invitant à se dépasser.

Anne Nguyen entretient un rapport mathématique à l’espace et pour amener les danseurs à se produire dans des lieux restreints, elle élabore des chorégraphies inspirées des arts martiaux et qui en sous tendent les principes. L’un d’eux est la concentration de l’énergie dans un micro élément.

Tout comme dans l’homéopathie où, plus la molécule  est diluée, plus grande sera son efficacité, avec Anne Nguyen, plus la piste est petite, plus la force centrifuge du corps sera impressionnante.

Toujours dans Manuel du guerrier de la ville :

 »  Mon énergie est concentrée dans un espace plus petit, et la puissance de mes mouvements est décuplée.  Mon corps devient une boule compacte que je fais rebondir sur le béton.  »

 2 Le contact : je me confronte à la réalité et à l’autre.

« Je n’ai plus de haut plus de bas, plus de mains plus de pieds.

Je ne peux plus tomber.

La chute devient un mode de déplacement maitrisé. » Manuel du guerrier de la ville

Pour  Anne, le double contact « organique », et avec le sol , et  avec l’Autre, est fondamental :

-Le premier, le contact au sol, pour faire corps avec les sensations urbaines et le quotidien citadin : « Plus je m’approprie le patrimoine collectif qui m’imprègne, plus je m’en affranchis. »

-Le second, le contact à l’Autre, parce que la break est une pratique essentiellement individualiste. Chacun accomplit sa prestation dans le but de se montrer et de manifester ses performances, surtout dans le cas de batlles. Quand il est à l’intérieur du ring, le danseur est dans sa bulle. Mais l’idée est  aussi d’évoluer dans le cercle en innovant, et en circonscrivant l’espace de façon complètement spécifique, originale et personnelle. Anne Nguyen, en déplaçant le hip hop sur la scène, en bouleverse certains codes et surtout réinitialise des chorégraphies dans lesquelles la notion de « toucher l’autre » retrouve ses lettres de noblesse.

 3 Du ring au rectangle

Pour passer du ring au rectangle, la danseuse déstructure la gestuelle hip hop pour l’inscrire dans une géométrie différente.

Les mouvements circulaires vont évoluer dans la linéarité.

Les arts martiaux sont pour elle une source d’inspiration pour effectuer cette transition du cercle au carré avec rigueur et discipline.

Dans le popping, le public forme un rond, sur la scène il est frontal.

Là encore, la mutation des repères, force la créativité et l’inventivité, à travers une nécessité d’adaptation.

Ainsi cette breakeuse n’en finit pas de multiplier les surfaces pour sans cesse élargir les champs d’ expérience

Le chercheur se plaît à brouiller ses pistes pour se mettre en position d’en découvrir toujours de nouvelles. Car la quête, c’est  la vie.

Et quand on décrète qu’elle s’arrête, alors il n’y a plus qu’à mourir.

Ses productions

Création de «  La compagnie par Terre »

Spectacles

2007 Racine carrée

2008 L’esprit souterrain

2011 Younder woman

Parcours du super héros

2012 Promenade obligatoire

2013 Autarcie

http://www.youtube.com/watch?v=PhXQvbEr0aI

http://www.youtube.com/watch?v=sE33TvKzN10

http://www.youtube.com/watch?v=81V9y07amxs

1 Comment. Leave new

million hits secret
2016-03-24 21:04

I couldn’t have asked for a much better blog. You’re ever present to give excellent tips, going directly to the point for straightforward understanding of your visitors. You’re truly a terrific pro in this subject. Thank you for currently being there for guys like me.

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *