Rajeunir/ vieillir:avons-nous vraiment le choix ?

août 15, 2014

Au vu de l’article précédant que j’ai écrit pour amener celui ci, il me paraît opportun d’aborder maintenant le problème du vieillissement et de la mort.
Pourquoi en sommes-nous tributaires ? Autrement dit, quelle est leur cause ?
Existe-t-il des techniques pour s’en affranchir ?

Notre conscience personnelle baigne dans la conscience collective, elle-même immergée dans la conscience divine ou macro plan qui contient tous les mondes.
Les consciences personnelle et collective sont hantées par la mort.
Alors que cette notion est complètement étrangère à la conscience divine qui se définit en termes de foisonnement de vie, énergie lumineuse, amour inconditionnel.
Décrépitude, mortalité et dualité, sont des lois que nous avons choisies et installées sur le plan terrestre, et dans lesquelles nous nous sommes enfermées.

En étant les géniteurs, c’est nous qui détenons la solution pour sortir de notre geôle.
Il nous suffirait de cesser d’adhérer à ces règles, et de renoncer à « arroser » les germes de ces trois préceptes, pour stopper le mécanisme de destruction qu’ils alimentent.
Entretenir l’idée de mort, c’est la perpétrer.
L’oublier ou l’oblitérer, c’est l’éradiquer.
Nous en sommes si imprégnés, qu’elle nous colle à la peau, et semble indissociable de notre destinée.
Or il n’en est rien. En vérité, nous ne sommes pas conçus pour mourir.
La mort est en contradiction avec le caractère prolifique et prolixe de l’univers en perpétuelle création/expansion.
Elle apparait comme antinomique.

La solution pour échapper à notre fin funeste, consiste à déclarer que nous sommes immortels, et y croire dur comme fer. Car ce que nous décrétons, nous le manifestons.
Imaginez l’immense virage que nous devons amorcer pour tourner le dos à des croyances ancestrales.
Il s’agit d’un véritable saut de l’ange dans une réalité dont la qualité « magique »semble, à l’heure actuelle, réservée aux schtroumpfs bleus, aux contes de fées ou encore à quelques « illuminés »complètement déjantés.

L’appréhension progressive de cette immortalité qui nous revient de droit, mettra le temps qu’il faudra pour pénétrer les couches denses de notre conscience.
Mais notre retour vers la Source est maintenant inéluctable, ce qui permet de garder espoir !

Certaines combinaisons chiffrées nous ouvrirons l’accès à ces dimensions magnifiques dont nous nous sommes exclus de notre plein gré.
Rajeunissement : 2145432
Régénérescence : 817992191

Trois clés pour couper court au vieillissement

Dans son livre « L’après-vie » aux éditions Servranx, Serge Fitz, radiesthésiste et animateur de séminaires, cite l’exemple d’un jeune couple qui emménagea dans un village où la population ne vieillissait pas. Au bout de quelques décennies, ce couple ne présentait aucun signe de dégénérescence, tout simplement parce que la notion de mort leur était inconnue.
Nous savons maintenant que la conscience est incapable de concrétiser ce qu’elle ne conçoit pas.
Elle crée à la commande, c’est-à-dire selon les représentations que nous lui envoyons.
La première clé  est donc de liquider toutes celles qui nous limitent.

La seconde clé est de ne garder que des photos de personnes jeunes et en pleine force de l’âge, toujours avec cet objectif de détourner notre attention des processus retors que nous avons générés, dans le but de les laisser mourir à petit feu, et disparaitre de notre mémoire.

La troisième clé est de se positionner différemment vis-à-vis du futur.
Au lieu de se laisser glisser vers la fatalité, prenons conscience que de multiples alternatives s’offrent à nous, et que nous pouvons choisir parmi une palette d’avenirs possibles.
A nous de sélectionner celui qui nous rendra heureux, c’est-à-dire en phase avec le dessein de notre âme.

CONCLUSION
Selon Grabovoi, l’univers est un sas d’informations qui permettent de matérialiser des objets, animaux, êtres humains, entités etc……..
La conscience de l’être humain contient de l’information à son plus haut niveau d’organisation.
En gommant toute trace de mort dans notre conscience, et en transformant cette information en une autre, l’Eternité, par exemple, c’est cette dernière qui va désormais prendre place dans notre réalité.

Il n’y a donc rien de magique là dedans.
Il s’agit juste d’une suite logique d’actes à poser:
Concevoir en esprit/ se référer à la Norme

Alors vient la dernière étape, résultat des 2 précédentes:Manifester.

No comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *