L’un propose, l’autre dispose. Qui sont-ils donc?

octobre 31, 2014

Notre vie nous amène à faire des choix, résoudre des problèmes, prendre des directions.
Et bien souvent, plusieurs voies s’élèvent en nous, hésitantes ou contradictoires.
Comment reconnaitre celle qui sonne juste, et qui nous guidera vers la décision la plus avisée ?
En tant qu’êtres humains, nous sommes dotés de raison et de conscience.
La raison est l’apanage du mental. La conscience celui du cœur.
Quand nous sommes confus, c’est que nous ne savons pas distinguer l’un de l’autre.

Avez-vous la tête bien faite ?
Le mental commence à se manifester de façon consciente dès 6 ou7 ans. Il voudrait bien prendre les commandes. Mais ce n’est pas son rôle. De plus, il n’en a pas la capacité.
Parce qu’à cet âge là, il est déjà contaminé par des conditionnements familiaux, culturels, sociaux, qui agissent comme des filtres déformants. Mais il est important de comprendre que ces conditionnements, même s’ils influencent nos jugements et comportements, ne nous définissent pas. Ils sont des postiches, ni plus, ni moins !
Quels sont les atouts du mental ?
Le mental est un administrateur hors paire.
Doué pour organiser et classer des connaissances, il l’est aussi pour observer, penser, analyser, corriger, synthétiser. Une fois qu’il aura traité les informations qu’on lui a soumis, il formulera, démontrera, explicitera, parfois avec tant de brio, qu’il épatera son auditoire.

Pour ce faire, ses outils sont la logique et la raison, et son critère, la norme.
Son espace est la troisième dimension circonscrite dans les croyances et restrictions que nous avons créées. Sa frontière, la dualité et la conformité.
L’impact de sa maitrise confère à son propriétaire une grande autorité extérieure.
On l’admire pour son intelligence brillante. Cela lui vaut des éloges, et des honneurs pouvant le mener à la célébrité.
Une « tête bien faite » risque fort d’exercer une forme de pouvoir ou de fascination sur l’autre.
Enfin, d‘un point de vue plus transcendant, le mental inspire, suscite le rêve, stimule la créativité et même émeut, lorsqu’il exprime avec emphase et doigté les trémolos du cœur. Il met en mots les expériences de ce dernier, et s’en fait le meilleur interprète. C’est ainsi qu’il trouve un sens à la vie, et l’expose à qui veut l’entendre.

…Et d’ailleurs avez-vous l’oreille dressée ?
Parce que, quand il s’agit du coeur, c’est une autre affaire. Il est tout, sauf tapageur et vaniteux.
Et bien qu’il soit le maitre incontesté à bord de notre navire, son élégance naturelle le préserve de la vanité.

Le cœur détient le pouvoir décisionnel.
Ses outils sont les émotions.
Ses critères, l’amour, l’authenticité et la liberté d’être.
Son espace est la multidimensionnalité. Son unique frontière est la prise en compte de l’autre.
C’est pourquoi, il n’a pas besoin de garde fou pour contrôler son champ d’actions, car il baigne dans l’amour et le respect.

Le cœur est un libre penseur.
Il n’a ni dieu ni maitre, si ce n’est l’âme (ou moi supérieur).
Avec elle, il se lance sur des pistes inconnues.
Ensemble, ils ont toutes les audaces…

Suivre la bonne piste et écouter le bon son de cloche, dans l’article suivant:

“Changement de programme”

Related Posts

No comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *