Les étapes alchimiques de la guérison

mars 22, 2015

Mise en situation

Si j’ai choisi le terme « alchimique », c’est que, de mon point de vue, nous sommes des mutans. Nous changeons en permanence, physiquement et émotionnellement. Nous baignons dans une matrice énergétique dans laquelle, que nous le voulions ou pas, nous sommes en interactions avec tous les mondes (minéral, végétal, animal, humain).

Chacun est le creuset d’une infinité d’expériences.
Quand elles sont agréables, l’homme s’en nourrit, et éprouve de la joie.
Quand elles ne le sont pas, il tente de les assimiler (digérer) en les transformant, pour qu’elles deviennent moins douloureuses (plus digestes).
Tout comme l’alchimiste vise à transmuter le plomb en or, l’être humain cherche des moyens de neutraliser ses émotions négatives (le plomb).
Certains réussissent même un tour de passe-passe, c’est-à-dire qu’ils les utilisent pour mieux se connaitre et opérer des changements en eux.
Du plomb, ils feront de l’or.

Afin d’étudier les étapes alchimiques de la guérison de façon pragmatique, je vous expose une mise en situation fictive.

Orphéo, le sujet qui nous intéresse, est en vacances dans un appartement à Istamboul, avec 2 copains.
Il est indépendant et volontaire, mais sa gentillesse le met parfois en situation embarrassante.
Jimmy, lui, a beaucoup d’assurance. Il se positionne fermement et semble toujours « maitre à bord», quelques soient les circonstances.
Quant à Max, c’est un grand bavard. Gare à celui qui lui prête son oreille !
Il s’étale partout où il passe.

Tous les soirs, il frappe à la porte d’Orphéo, et l’inonde de paroles.
Et bien qu’ayant sa propre chambre, il s’installe progressivement dans celle de son interlocuteur : l’ordi, la trousse de toilette, bientôt le pyjama et le sac à dos !
Orphéo se sent oppressé, mais n’ose abréger les conversations, ni congédier l’intrus qui sort d’une dépression nerveuse ! Il se demande bien pourquoi, cet encombrant camarade ne se risque jamais à s’épancher auprès de Jimmy.

Proposons- lui des outils pour se libérer de sa fâcheuse habitude de se faire envahir.
Et accompagnons-le dans ce processus de guérison, étape par étape.

Accueil/acceptation/Non agir
    Appropriation du plomb par l’alchimiste

Pour réaliser le grand œuvre, l’alchimiste utilise le plomb comme matière première.
D’abord, il se contente de le regarder et de l’appréhender avec tous ses sens.
Il le soupèse, le sent, le retourne dans sa paume. Il se familiarise avec lui avant de s’en servir.
C’est, pour Orphéo, la phase d’accueil et d’acceptation.
Ecoutons son monologue intérieur.

« Je remarque qu’à chaque fois que Max arrive, je me sens submergé. J’ai la boule au ventre.
Des sentiments me traversent :
Colère : Oh, non, encore lui ! Je suis à bout de nerfs.
Impuissance : Je vais supporter ses jérémiades pour la Nième fois! Je me sens à sa merci.
Injustice : Toujours moi ! Pourquoi pas Jimmy, ce coup-ci ?
Humiliation : Max ne me demande pas mon avis et pénètre chez moi en terrain conquis. A aucun moment, il ne me prend en considération. C’est comme si je n’existais pas.
Ca fait mal.

Pourtant, aujourd’hui, je vais réagir différemment.

Au lieu de m’en vouloir de me laisser piéger à chaque fois, je me penche sur mes blessures.
Je les reçois à cœur ouvert, plutôt que de les occulter, comme j’ai fait jusqu’à maintenant.

Pour la première fois, je prends le temps nécessaire pour me réconforter et me soutenir, malgré le dégoût que j’ai de moi, faute de me faire respecter.
Je m’installe en plein cœur de mes plaies, et je les panse.
Je n’émets aucun jugement. Je me soigne par la bienveillance de mon regard.
Je suis une mère pour moi-même.
Et quand l’enfant triste est enfin calmé grâce aux câlins de sa maman, on peut passer à l’étape suivante…

Mise à distance, décantation et analyse des mobiles.
    Calcination /Putréfaction

L’alchimiste décompose et analyse la matière qu’il souhaite transmuter.
C’est l’œuvre au noir ou épreuve du vide, symbolisée par le corbeau et la couleur noire.
La mort en cours annonce déjà le renouveau.

Après avoir consolé, maman examine la plaie pour savoir quel médicament chercher dans la trousse à pharmacie : désinfectant, gaze et pansements, ou crème apaisante et bandage ?

Orphéo s’interroge.
Qu’est ce qui se cache derrière cette hantise de l’envahissement, et cette incapacité à m’en protéger ?
Souvenir d’abus de pouvoir subis dans le passé ? Crainte d’être dominé à nouveau et de perdre la place qui me revient ? Estime de moi insuffisante ? Impression d’être insignifiant pour les autres ?
Pourquoi je n’arrive pas à dire NON ?
Trauma laissé par un rejet violent essuyé dans l’enfance ?
Concepts religieux (charité etc…), conditionnements culturels ou familiaux ? Peur de ne pas honorer l’image idéale que j’ai de moi ? Car je suis un chic type et n’abandonne personne en demande d’aide et d’attention. C’est un de mes grands principes. »

Il est essentiel de laisser les choses se poser tranquillement pendant cette phase de recul et de décantation.
Des va et vient entre le passé et le présent activent des réminiscences et favorisent des prises de conscience.
Orphéo se rend compte que depuis petit, son territoire est régulièrement pris en otage par des personnages indélicats et parasites.
Il veut mettre fin à cet inconfort douloureux, et cesser de la perpétrer.
Il signe alors la mort de ses vieux fonctionnements.
Le voila prêt à lâcher des habitudes comportementales nuisibles.
Il décide d’amorcer un changement.

Il est temps de l’emmener à l’étape suivante.

A nos alambics ! Et la transmutation fut…
    Solution/Distillation

Le sel philosophique sert de catalyser pour dissoudre le matériau de base et en faire ressortir une nouvelle forme.
C’est l’apparition de la couleur blanche qui nous amène à l’œuvre au blanc symbolisée par l’eau et la colombe.
A présent, pour changer la nature et les propriétés du plomb, l’alchimiste l’introduit dans son four, l’athanor. Là, il va être soumis à un processus de transformation/intégration qui l’acheminera vers son nouveau statut d’or (la Connaissance).

En accueillant son mal être, puis en se livrant à une petite introspection, Orphéo a conscientisé ses comportements erronés.
Il a compris qu’ils favorisaient l’occupation de son espace vital par des « raseurs ».
Il va s’arranger pour que cela cesse.

Et pour ce faire, il va ajouter 4 ingrédients à sa potion magique:

L’amour de soi

Toute occasion sera bonne pour reconnaitre son potentiel infini.
Désormais, il dirigera son attention sur sa valeur plutôt que ses points faibles.
Il devient son propre sponsor. Et quel sponsor !
Il est pour lui-même le meilleur coach qu’il aurait pu espérer.
En toute circonstance, il s’encourage et s’accompagne, dans la réussite, comme dans l’échec apparent.
Il sait qu’au final, peu importe succès ou fiasco, car il a dépassé le niveau basique de la dualité.

Tout comme l’alchimiste A BESOIN de plomb pour faire de l’or, Orphéo sait que ses « fragilités » et dysharmonies le feront grandir.
Simplement parce qu’il choisira de les transformer et d’en faire des atouts.
L’ombre n’est elle pas une simple absence de lumière ?
Sa vulnérabilité n’est elle pas la racine même de sa force

Le désir de mettre fin à ce tourment au lieu de la perpétrer

En prenant cette décision, il n’alimente plus les émotions négatives, ce qui amplifiait leurs conséquences destructrices.
Non.
Dorénavant, il les accueille et les transmute.

L’acceptation de changer ses modes de pensées, et ses attitudes

En y réfléchissant de plus près, Orphéo réalise que ce n’est pas un service à rendre à Max, que de le laisser se déverser des heures.
Bien au contraire, il contribue à maintenir chez lui des conduites malsaines, qui risquent d’ailleurs de faire le vide autour de lui.
Quand Orphéo le jugera utile, il mettra un terme à son bavardage, poliment mais fermement, et l’invitera à retourner dans sa chambre.
Au début, cela lui demandera un effort, mais à force de pratique, il acquerra l’art et la manière de répudier l’intrus !

Etre prêt à abandonner l’image idéale qu’il se fait de lui-même

Ce que j’ai pris pendant des années pour de la gentillesse et de la bonté de ma part, n’était en fait qu’un manque de discernement, constate Orphéo.
En voulant être « un brave gars charitable », ce n’est pas de l’amour que je prodiguai mais de la pitié. L’amour, c’est aussi de savoir dire non quand on est en désaccord avec un positionnement qui nous semble déviant.

Maintenant que nos 4 ingrédients sont réunis, il n’y a plus qu’à déguster la potion et « Abracadabri, abracadabra………. »

 4° Here it is, c’est le moment du saut de l’ange
     Conjonction/Sublimation

Voila venue l’épreuve du feu. C’est l’œuvre au rouge.
Le plomb est brûlé dans l’athanor et prêt pour la grande transmutation.
Toutes les matières lourdes qui le composent sont fondues, dissoutes et sublimées, pour produire le métal le plus pur : l’or.
La dualité est transcendée.

C’est le saut quantique.

Le changement a été mis en place. Et même s’il y a quelques rechutes en chemin, peu importe.
Les nouveaux paramètres ont été installés, un programme initialisé.
C’est ce qui compte.

Rien ne sera plus jamais comme avant.

FIN

Related Posts

No comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *