Black-Eyed susan (Tetratheca ericifolia):Vite fait, bien fait!

avril 05, 2015

 Je me présente      Black eyed susan

Mon petit arbuste d’une trentaine de centimètres pousse sur les sols gréseux des landes ou des forêts sauvages.

On m’appelle Black-eyed Susan,” Suzanne aux yeux noirs”, à cause du pollen de couleur noire de mes étamines.
Quant à mon nom scientifique, (Tetratheca ericifolia), il signifie « boite à 4 côtés », en référence à mes 4 pétales mauve-rose en forme de cloche.
Mes feuilles sont courtes et cotonneuses.

Profil de mes consommateurs

Je suis un élixir très dans l’air du temps, car je traite le stress localisé dans le plexus solaire, dont tant de gens sont actuellement victimes.
Les personnes à tendance hyperactive, celles qui sont toujours sur la brèche, en alerte et sur le qui-vive, s’apaisent à mon contact.
Mon influence les aide à se centrer et à s’aligner sur leur axe, au lieu de courir plusieurs lièvres à la fois, comme ils sont enclins à le faire.
C’est vrai que leur rapidité d’esprit les rend intolérants vis-à-vis de ceux qui sont plus longs à réagir. Mais grâce à moi, ils développeront une grande capacité d’écoute, à leur égard.

Conséquences du stress sur le corps humain

Les êtres de nature impatiente n’étant jamais en phase avec le flux de la vie, sont en lutte permanente. Toujours à contre courant, ils opposent de la résistance aux évènements qui ne se déroulent pas selon leur rythme à eux.
Cette attitude génère des blocages et des courts circuits qui, en fin de compte, retardent la résolution des situations auxquelles ils font face.
A vouloir prendre des raccourcis, ils finissent par s’égarer sur des chemins de campagnes !
Ce mauvais timing leur demande un déploiement d’énergie tel, qu’il les épuise.

Le stress se manifeste dans divers zones du corps, propres à chaque individu.
Celui qui mange rapidement aura des indigestions ou des diarrhées.
Celui dont le mental tourne à 2.000 à l’heure, aura des migraines.
Celui qui, « pour aller plus vite », s’adonne à plusieurs tâches à la fois, aura le dos cassé (d’où l’expression : « en avoir plein le dos »)
Les médicaments ne seront pas d’un grand secours.
Par contre, mon élixir lui, le sera, car, en traitant la cause, il guérira aussi les symptômes.

Origines de l’impatience

L’émotion qui génère l’impatience est une peur à plusieurs visages.

Peur du manque

L’empressement de l’impatient trahit souvent une inquiétude chronique.
Il baigne dans une insécurité latente parce qu’il n’a pas confiance en la vie.
Sera-t-elle assez généreuse pour lui accorder toute la latitude dont il a besoin pour finaliser ses projets ?
Dans l’incertitude, il « mettra les bouchées doubles » et payera de la sueur de son front le doute qu’il alimente.
Plutôt que de laisser les évènements se dérouler « piano piano», et d’en épouser le mouvement et la cadence, il forcera en quelque sorte le passage.
C’est-à-dire qu’il mettra tout en œuvre pour accélérer le processus en cours.Ceci aura pour conséquence de dérégler le développement naturel des faits, et créer blocages, dérayages et grippages.
On ne peut pas compresser le temps quand on agit dans un tel état d’esprit !
Et pourtant, cela est tout à fait possible. (Ce thème fera l’objet d’un prochain article)

Peur de l’inaptitude et de la carence.

L’impatient coupe la parole pour arriver à des conclusions hâtives.
Il termine les phrases d’un interlocuteur dont le débit nonchalant l’ insupporte.
Pour lui, la lenteur est un déficit, presque une tare.
Elle est synonyme d’inefficacité et souvent d’incompétence.
Lui qui a pour devise : « Vite fait, bien fait », devrait apprendre à s’ajuster, au lieu de faire subir aux autres ses interventions intempestives et « décalées ».
Il a tendance à tout prendre en charge pour s’assurer que les projets en cours seront accomplis « en temps et en heure », et de la façon la plus performante possible.
Cette attitude perpétue en lui une tension permanente.
Qu’il ne s’étonne pas s’il se crée des ulcères ou des migraines !

« Porosité »

L’impatience révèle aussi une trop grande sensibilité au stress ambiant.
Le sujet ne parvient pas à prendre du recul. Confronté à la pression extérieure, il se sent submergé. Réussira-t-il à répondre à ses exigences ? Rien n’est moins sûr !

Voyons maintenant comment décupler les vertus de mon élixir en opérant des changements d’attitudes et d’habitudes.

Remédiation

Changer sa relation au temps

Laisser au temps le temps.
Celui qui court à longueur de journée, ne croit pas en l’abondance de la vie.
Or, celle ci  est l’exacte réplique de vos croyances.
A force de clamer que «le temps vous file entre les doigts », vous incarnez admirablement ce triste constat.
Mais du moment où vous décidez que « désormais, c’est vous qui serez maître du temps », vous le rendrez extensible à souhait et au gré de votre volonté.

Comme vous le savez, le temps est une vision de l’esprit propre à la 3° dimension.
En terme quantique, il est une illusion.
Cela veut dire qu’il est une création subjective, et n’a aucune réalité.

Grigory Grabovoi, éminent scientifique russe qui travaille sur la structure vibratoire des nombres, propose des exercices pour expanser la conscience, et apprendre à diriger la réalité environnante.
Il offre une technique de visualisation accompagnée d’un code chiffré pour maitriser le temps.
Par exemple, si vous êtes en retard, créez un arc en ciel de l’endroit où vous êtes jusqu’à celui où vous devez aller. Confortez-vous dans la certitude que vous serez à l’heure.
Sous l’arc en ciel, inscrivez en blanc-argenté, la combinaison : 71042.
L’esprit est serein, la confiance absolue. Inutile de regarder sa montre car on transcende alors la 3° dimension et agit de la 5°. Le sujet a crevé le plafond de la dualité et se situe sur des plans bien plus vastes.

Ce n’est qu’à cette condition qu’il pourra courber la ligne du temps.

Affirmations positives :
« Je donne au temps le temps de se déployer à son rythme, et découvre dans cet abandon, des trésors de sagesse et de perfection. »
« J’accorde à chaque situation le temps et l’attention dont elle a besoin pour être traitée dans la pleine conscience. »
« La vie est généreuse. Je suis sûr que le temps dont j’ai besoin me sera imparti en abondance »

Déléguer

En acceptant de déléguer les tâches à d’autres, l’impatient y gagne beaucoup.
C’est pour lui l’occasion de :
– s’ouvrir à des savoir-faire différents des siens
– se débarrasser de préjugés sur ceux qu’il trouve « longs à la détente ».
En leur donnant l’opportunité d’agir, il réalise qu’ils sont aussi productifs, voire plus, qu’il ne l’imaginait.
L’idée d’une coopération fructueuse commence à germer dans son esprit.

Affirmations positives
« Je m’ouvre à la différence et me mets en phase avec tout ce qui est. »
« Je reconnais en chacun la divinité : dans ses pensées, ses paroles et ses actes. »
« Si une personne croise mon chemin, c’est que j’ai à apprendre d’elle. »
« Je me mets à l’écoute de l’autre, quel qu’il soit. Il est un maitre pour moi. »

Méditer/Accepter ce qui est

Il peut sembler impossible à un grand nerveux de se poser et méditer.
Mais pour ce faire, il pourra utiliser des méthodes simples : fixer la flamme d’une bougie, se concentrer sur son souffle, suivre des méditations guidées en ligne….
Ces pratiques l’aideront à calmer son mental, en lui permettant temporairement de ne plus faire son jeu.
L’intention de s’en déconnecter, est une démarche extrêmement porteuse qui achemine le sujet vers des prises de conscience de plus en plus limpides, et une pacification/purification généralisées.
Des idées neuves feront surface. Une grande flexibilité commencera à s’installer en lui.
De nouveaux comportements émergeront.
Il privilégiera la complémentarité au lieu de choisir de tout prendre en main, comme il avait l’habitude de le faire avant.
L’autre sera perçu comme un associé pourvu de qualités précieuses, et non plus comme une épine dans le pied !
Ce changement d’attitude signera le début d’une coopération enrichissante et productive avec ses paires.

Affirmations positives
« Cela est ! »
« Je coule dans le flot de la vie. »
« Je me laisse aller dans le flux du temps, des évènements, des cycles et des émotions, et trouve sur mon chemin grâce et terrain fertile. »

Compositions utiles et spécifiques

En cas de déprime, ajouter Macrocarpa à Black-eyed-susan.
Pour les malades qui réagissent mal à leurs maux. Ils se sentent les victimes au lieu d’en faire leur allié. Ajouter à mon élixir, Banksia Robur les guidera vers un changement de perceptions.

Fleurs de Bach ayant les mêmes vertus que Black-eyed-susan

Impatiens + oak

No comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *