Sweet chestnut /Châtaigner/Castanea sativa , ou Retrouver la douceur de vivre

juin 08, 2015

MAIITRE CHATAIGNER

Message du châtaigner

« Ma bogue épineuse abrite l’élégante châtaigne, douce au toucher. C’est un joyau d’acajou, dont la chair sucrée se déguste aux crépuscules d’automne.
Au détour d’une rue, vous serez guidé par les rubans odorants d’un chaudron, et vous entendrez l’écorce de mon fruit se fendre dans les braises. Ou encore, vous laisserez fondre sur votre langue, le marron glacé délicieux acheté dans une pâtisserie fine.
De même, n’oubliez jamais que sous la bogue de douleur qui étreint votre cœur, vous attendent des trésors de tendresse et d’abondance que le Créateur vous réserve.
Et sachez que mon élixir enchanteur transformera à jamais votre linceul, en un oasis luxuriant. »   

                     
LA BOGUE

Description de l’arbre

Le châtaigner est imposant et mesure une trentaine de mètres de haut.
Son écorce est épaisse, et ses grandes feuilles effilées sont brillantes et dentelées. Leur envers est duveteux.
Les fleurs éclosent en juin. Les chatons femelles s’unissent pour former la future bogue, qui abrite la châtaigne. Ce fruit se mange cuit ou grillé. Il laisse un goût légèrement sucré dans la bouche. En automne, alors qu’arrivent les premières brumes et courants froids, il fait le régal des passants. Souvent vendu dans la rue où il crépite au creux d’un « chaudron », il répand aux alentours des rubans de fumée à l’odeur appétissante.

Bienfaits physiques de la châtaigne

La composition de ce fruit est proche de celle du blé.
Il a de nombreuses vertus. Il reminéralise, tonifie les muscles, et les systèmes nerveux et sanguin. Il contient du zinc, fer, cuivre, manganèse, phosphore, magnésium, calcium et sodium.
L’écorce en décoction est anti-diarrhéique.
Les feuilles récoltées au printemps soulagent les problèmes respiratoires, quand on en fait des infusions.

Emotions traitées par sweet chestnut

C’est le Docteur Bach qui découvrit le réconfort apporté par la vibration de cet arbre qui s’adresse à ceux qui,” immergés dans un désespoir total,ont atteint la limite de leur endurance.» Ils ne voient aucune issue et en sont arrivés à la phase terminale d’anéantissement et de destruction.
Psychiquement effondrés, ces personnes éprouvent un sentiment d’impuissance et de fatalité.
Contrairement au remède « mustard » qui concerne ceux qui éprouvent des angoisses non identifiées, « sweet chestnut » soigne celles sur lesquelles le sujet peut mettre un nom.
La cause est donc connue. Mais il faudra remonter le fil de l’écheveau pour en détecter l’origine. De plus, le patient a tendance à s’isoler. Il souffre en secret.

Quelques gouttes quotidiennes de cet élixir, sur une durée de 3 ou 4 semaines, amorceront un début de détente, suivi d’une libération progressive et parfois spectaculaire des émotions négatives.
On pourra y ajoute Star of Bethléem qui console le chagrin ou/et willow qui soigne l’amertume.
En cas de crise, on peut préparer un bain avec des huiles essentielles comme, la lavande, la camomille, la sauge et la verveine.

Installation d’un nouveau paysage intérieur

D’où vient cet effondrement de tout espoir qu’on appelle aussi « la nuit noire de l’âme » ?
Il peut surgir à certaines périodes de l’existence.
A l’occasion d’un deuil ou d’une rupture qui réactivent des blessures que l’on pensait avoir réglées : peur de la séparation, sentiment de rejet, d’abandon, de traitrise ou d’humiliation…
Ou encore, lors de changements significatifs : mise au monde d’un bébé, ménopause, moment où nos enfants devenus adultes désertent la maison l’un après l’autre.
Ces zones de transition sont l’occasion de questions existentielles : vais-je avoir les qualités requises pour éduquer ce petit, qu’est ce qui m’attend maintenant, qu’ai-je fait de ma vie, qu’en est-il de mes rêves, qu’ai-je construit, ai-je réalisé ma mission, ai-je vraiment suivi la voie de mon coeur?

a)Libre arbitre

Chacun a sa propre manière de réagir à ces phases critiques:
-Ou on préfère le déni, et on prend des anti dépresseurs.
-Ou l’on choisit de faire face à ce puits sans fond de découragement, en acceptant de le regarder et de s’y plonger sans dérobade.
Puis, dans un second temps, on cherche des outils pour soigner ce mal être et trouver des solutions durables.

b) Modifier son paysage intérieur

Un travail de désintoxication émotionnelle est entrepris. Il vise, entre autres, à repérer les croyances destructrices qui ont fini par ériger en nous et autour de nous une muraille de restrictions et d’embûches.

En voici quelques spécimens : « La vie  est un parcours du combattant. Un malheur n’arrive jamais seul. On a ce qu’on mérite. On ne naît pas tous sous une bonne étoile…. »

Ces postulats seront remplacés par des messages régénérants que le sujet s’efforcera de manifester dans son quotidien : « Je suis l’artisan de ma guérison, et l’architecte de mon existence. Je coule dans le flot des circonstances et rencontre sur ma route chance et fertilité. La vie est généreuse. Des opportunités m’arrivent à chaque instant : à moi de les reconnaitre…. »

c) Savoir faire différent

Mais, il faudra aussi poser des actes pour changer les choses, et attirer de nouvelles situations, favorables à l’épanouissement.
La pensée crée, et il s’agit d’élaborer à chaque instant des visions optimistes et des horizons prometteurs, mais réalistes.
Si le sujet a l’habitude de lutter contre les « épreuves » qui jalonnent son parcours, il adopte désormais un point de vue et un comportement différents.

Passer d’une énergie guerrière au lâcher prise, va opérer une métamorphose en lui et autour de lui.

De guerrier, il devient stratège.

Au lieu de chercher à « solutionner », il préfère « transmuter ».
Ce qui, dans le passé était considéré comme un problème, est maintenant un tremplin, sorte de passage délicat ouvrant vers des possibilités inédites.

Il observe silencieusement et posément l’évènement qui lui arrive au lieu de tenter  de l’éradiquer. Il se met à l’écoute des riches informations que cette situation recèle s’il décide d’en faire un atout pour évoluer et grandir.

Alors, la frustration fait place à la reconnaissance.
Et comme la gratitude est la voie menant à la guérison et à l’abondance, un réajustement salutaire entreprend une œuvre d’harmonisation à tous les niveaux d’être du sujet.

FIN

Related Posts

1 Comment. Leave new

dillards wedding dress
2015-06-24 02:59

This article makes sense and makes for very interesting reading. This is unique and enlightening content. Thank you for sharing your expertise and views in this area. I truly enjoyed taking in all this information.
dillards wedding dress http://www.dillarddresses.com/wedding-dresses_c59.html

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *