Médecine vibratoire et élixirs floraux

janvier 23, 2013

Différentes médecines selon Osho

Osho, mystique indien du 20° siècle,  évoque les diverses médecines et le plan sur lequel elles agissent, dans son livre intitulé : « Médecine et méditation »

Il qualifie le corps de grossier et manipulable. C’est dans sa structure que sont enkystées les croyances dont il faut le délivrer. Il est essentiel de nous  élever pour nous dégager du joug que le mental exerce sur nous.

Comme l’allopathie mise tout sur la matière c’est-à-dire le corps physique, elle est devenue scientifique, certes, mais travaille en surface. Elle s’intéresse aux symptômes qui représentent l’aspect grossier de la maladie. Mais bien que celle-ci s’inscrive effectivement dans le corps, sa cause siège ailleurs.

La maladie est une blessure de l’âme, due à une perception déviante de la réalité objective « mentalisée » par des conditionnements éducatifs ou culturels.

 L’acupuncture, médecine chinoise, travaille sur le corps vital ou éthérique (situé de 1 à 20 centimètres autour du corps physique). Elle régule l’Energie vitale ou Chi, ce qui apporte un grand bien être au corps physique.

Car si le corps vital est harmonisé, le corps physique l’est aussi.

Grâce à la photo Kirlian, 700 points vitaux du corps ont été détectés. Mais ils avaient déjà été découverts intuitivement par les guérisseurs, il y a plus de 5 000 ans.

 L’homéopathie va encore plus profond et intervient sur les émotions et le corps mental (situé à 1,50 ou  2 mètres de notre corps physique). Hahnemann inventa la dissolution qui postule que plus la quantité de médicament est petite, plus elle est efficace. Il prenait donc une part de médicament et 9 d’eau, les mélangeait, les diluait à nouveau et ainsi de suite jusqu’à obtenir la puissance désirée. La dilution finissait par atteindre un niveau atomique et devenait si subtile qu’on doutait de sa capacité à guérir puisqu’elle semblait presque avoir disparu. Pourtant paradoxalement son potentiel s’en trouvait intensément accru.

L’ayurveda est une synthèse de l’allopathie, acupuncture et homéopathie.

 L’hypnothérapie influe sur le 4° corps, ou corps de conscience. Affranchie de la matière, elle  utilise l’énergie de la pensée. Son outil est la suggestion qu’elle introduit dans le mental (magnétisme) afin de transformer les croyances erronées que le patient entretient vis-à-vis de lui-même ou d’une quelconque situation. Ce changement d’état d’esprit va guérir le corps mental et, par ricochet, les corps vital et physique.

La foi est le portail que nous ouvre l’accès aux parties subtiles de notre être, mais le moindre doute nous ramène vers le tangible, le grossier. L’intuition, en lien direct avec la Sagesse et la Connaissance, est aussi un guide sûr. Et plus nous lâchons prise du mental pour prendre appui sur son aiguillage parfait, plus nous nous  approchons de la guérison spirituelle.

Selon Osho, l’ultime médecine est la méditation qui touche le corps de béatitude ou 5° corps Il met en parallèle, « healing » : guérison en anglais, « whole » : entier, et « holly » : saint. Etre guéri, c’est être entier (médecine holistique), dans un état d’unité, dualité et conflit ayant été transcendés.

La méditation, au même titre que la médecine, (il est d’ailleurs intéressant de remarquer qu’elles ont la même racine) nous soigne, et surtout nous rend sain/saint, dans la mesure où nous atteignons, à travers sa pratique,  des plans de conscience de plus en plus limpides. Elle est la compréhension à l’état pur, l’union à la Source. Rien ne nous manque, nous réintégrons notre complétude et notre Identité primordiale.

Et les élixirs, sur quel plan agissent-t-ils ?

Les élixirs étant des catalyseurs qui régulent et corrigent nos émotions négatives, ont un impact sur le corps mental. Mais ayant de surcroit la capacité de nous débarrasser de schémas comportementaux conditionnés par nos croyances et notre culture, ils oeuvrent aussi sur notre corps de conscience.

Atténuant les souffrances occasionnées par les désordres de notre personnalité, ils réalisent de ce fait une guérison spirituelle, puisque les lésions de l’âme cicatrisent peu à peu.

Bach disait de la fonction des élixirs floraux : « Ils élèvent nos vibrations et ouvrent les canaux de réception de notre Moi supérieur, inondent notre nature de vertus spécifiques et nous lavent des erreurs à l’origine des maladies. Ils sont capables, comme une belle musique ou toute chose qui nous exalte magnifiquement quand elle nous inspire, d’élever notre vraie nature et de nous amener plus près de nous-mêmes, et c’est cette action qui nous apporte la paix et le soulagement de notre souffrance. Ils ne soignent pas en s’attaquant à la maladie, mais en inondant notre corps des belles vibrations de notre nature supérieure en présence desquelles la maladie fond comme neige au soleil. »

On constate donc que c’est le changement de fréquence qui suscite la guérison. La fleur ne lutte pas contre le mal, mais elle place le sujet sur un plan différent  mais également transcendant.

Dans son ouvrage intitulé Vibrational medecine, le docteur Richard Gerber prouve de façon très convaincante que nos énergies supérieures spirituelles sont capables de guérir une maladie émotionnelle et physique en réajustant et en soignant nos 4 corps subtils : astral, éthérique, mental et causal. Il insiste sur l’importance de maintenir ces corps en parfaite harmonie pour demeurer en bonne santé.

Il note que ce qui distingue un antibiotique d’un élixir floral, c’est la fréquence à laquelle ils vibrent.

Plus la matière est subtile, plus elle vibre à des vitesses supérieures à celle de la lumière. Les élixirs floraux classés dans la catégorie des médecines vibratoires au même titre que l’homéopathie et les élixirs minéraux, ont le pouvoir d’agir sur les 4 corps subtils grâce à leurs fréquences très élevées.

Enfin, Gurudas déclare dans son livre  Flower essences  que « les élixirs nettoient l’aura et les corps subtils, de sorte que les déséquilibres cessent de générer des états maladifs. Ce nettoyage intervient instantanément, mais les résultats ont besoin de davantage de temps pour se manifester. »

Dès lors les essences florales deviennent des partenaires de choix non seulement pour prévenir et guérir  la maladie, mais aussi pour réaliser la mission de notre incarnation.

No comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *